Trésors du mois : Nativités enluminées
Le 02/12/2020 à 11h14 par Susana Pereira Tavares
Résumé

En ce mois de décembre, découvrez plusieurs enluminures extraites des livres d'heures conservés à la Bibliothèque d'Angers, autour du thème de la Nativité.

La Nativité est un des thèmes les plus représentés de l'histoire de l'art, très présent dans l'art médiéval et de la Renaissance en ce qu'il figure un point majeur de la théologie chrétienne : manifester un Dieu se faisant nourrisson, pauvre et humble et annoncer dès sa naissance le futur sacrifice du Christ. L'iconographie de la petite enfance du Christ s'articule autour de plusieurs moments : la Nativité proprement dite, puis l'Annonce aux bergers et l'Adoration des mages. Le texte correspondant est à chercher dans l'Évangile de Luc,1-20. Le cycle se poursuit le plus souvent avec la Circoncision (et le premier sang versé) ou la Présentation au Temple suivi de la Fuite en Égypte. Parfois le Massacre des Innocents, plus rarement le Retour d'Egypte enrichissent ces ensembles.

 

La bibliothèque d'Angers propose de découvrir quatre livres d'heures représentant le cycle de la Nativité parmi ses fonds précieux. Deux manuscrits et deux livres imprimés, qui, s'ils offrent des iconographies classiques, permettent de saisir les enjeux plastiques de ce thème et de saisir les particularités et variantes d'un livre à l'autre.

 

Sainte Famille : Rés. Ms. 134

 

Cette Sainte Famille ou Nativité (ci-dessus) orne l'office de Prime, ensemble de prières récitées à la première lumière du jour. Elle montre la Vierge Marie et Joseph face à l'enfant Jésus dans l'étable de Bethléem, l'âne et le boeuf en arrière-plan et le Saint-Esprit que l'on devine aux rayons dans le ciel. Contrairement à la tradition la Vierge ne semble pas agenouillée devant l'enfant pas plus que Joseph appuyé sur sa canne. Le couple, debout face à cet enfant offre une vision plutôt naturaliste et intime d'une scène pourtant hautement symbolique. Les gestes sont discrets mais la reconnaissance de l'enfant divin est quand même là : la Vierge a les bras croisés sur sa poitrine en signe d'humilité et de recueillement. S'il paraît de prime abord appuyé sur son bâton, Joseph a les mains réunies en prière. La technique du dramatic close up qui consiste pour le peintre à resserrer son cadrage sur les personnages en coupant l'ensemble du décor rapproche le lecteur de la scène, le projette au plus près d'elle. Elle est typique du courant spirituel de la dévotion moderne (devotio moderna) qui invite au XVe siècle les fidèles à une piété plus personnelle et intériorisée. Les enluminures de ce manuscrit 134 d'Angers sont attribuées au Maître de la Chronique scandaleuse, important peintre de Paris, vers 1490. Le nom de ce maître anonyme a été donné d'après son travail le plus remarquable sur la Chronique scandaleuse du règne de Louis XI.

 

L'Annonce aux bergers : Rés. Ms. 2047

 

Le livre suivant présente l'épisode de l'Annonce aux bergers. Après la naissance du Christ, les anges annoncent celle-ci à un groupe de bergers qui veillent sur leurs troupeaux non loin de l'étable. Dans cette miniature du manuscrit 2047, peint en Anjou dans les années 1430, un ange portant un filigrane vole au-dessus des trois bergers. Détail étonnant : sur les trois, deux semblent porter des gants de fauconniers. Le maître enlumineur poursuit les récentes recherches de l'enluminure parisienne sur la perspective dans les paysages. Suivant de même prestigieux modèles parisiens des années 1410, il s'essaie aussi  à figurer des postures complexes comme celle de ce berger la tête basculée en arrière, levée vers le ciel. La perspective est pour le moins étonnante, ainsi que les proportions entre les bergers et leurs moutons. Ce livre est encore méconnu et trop peu étudié. Nous savons cependant qu'il a rapidement appartenu à une dame de la famille de Clermont Gallerande, représentée au folio 13r agenouillée devant la Vierge, et accompagnée de ses armoiries peintes en marge. Concernant les peintures, Eberhard König dans Das Provost Studenbuch, Der Meister der Marguerite d'Orléans in Angers (Heribert Tenschert, 2002) établit de nombreuses comparaisons entre ce manuscrit et un livre d'heures de Guillaume Provost, officier des ducs d'Anjou, enluminé vers 1429-1430 par un suiveur du Maître du Bréviaire de Jean sans Peur et du Maître de Marguerite d'Orléans. 

 

Avec l'arrivée du livre imprimé et la réutilisation de matrices permettant de reproduire facilement des images, on pourrait croire que désormais chaque exemplaire d'un titre sera identique à l'autre. Pourtant les éditions peuvent présenter de légères variantes, comme le montrent les deux livres d'heures imprimés par Simon Vostre. Celui de 1510 est à l'usage d'Angers (Rés. B50034). Celui de 1508 est indiqué comme à l'usage de Bourges (Rés. T 1345), mais en réalité seuls quelques cahiers sont à l'usage de Bourges, le reste est à l'usage de Sarum (ou usage de Salisbury). Serait-ce une erreur lors de la remise du livre initial à son commanditaire, ou un bricolage de libraire du XIXe siècle essayant de recomposer un livre du XVIe siècle sans se préoccuper de la logique de l'usage ? Ces livres présentent en tout cas un renouvellement en cours de l'illustration parisienne dans ces premières années du XVe siècle et présentant en vis-à-vis des gravures inspirées de dessins de l'enlumineur des Trés petites heures d'Anne de Bretagne aux scènes plus aérées et plus grandes gravées par le peintre Jean Pichore.

On remarque que le cycle iconographique n'est pas présenté selon la même logique. Dans l'édition de 1510 l'Annonce aux bergers fait face à l'Adoration des bergers, tandis que dans la version de 1508 l'Adoration des bergers est suivie par une Adoration des mages, avec une insertion du texte qui varie également. Les gravures sont donc identiques mais agencées différemment en fonction de l'usage.

 

Rés. B50034

 

Rés. T 1345

 

Documents présentés sous vitrine du 8 décembre 2020 au 7 janvier 2021, du mardi 8 décembre 2020 au jeudi 7 janvier 2021dans le hall de la Médiathèque Toussaint.

Livre d'heures [dites abusivement du Roi René], vers 1490, manuscrit enluminé, Rés. Ms. 134 : Annonciation

Livre d'heures à l'usage d'Angers, 1430-1440, manuscrit enluminé, Rés. Ms. 2047 : L'annonce aux bergers

Les Presentes heures à l'usaige de Bourges, 1508, Rés. T 1345 : L'adoration des bergers et L'adoration des mages

Ces présentes heures a l'usaige d'Angiers, 1510, Rés. B50034 : L'annonce aux bergers et L'adoration des bergers

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 08/12/2020 par Susana Pereira Tavares
Le 08/12/2020 par Susana Pereira Tavares
Le 01/04/2020 par Marc-Édouard Gautier