Trésor du mois : #colorourcollections
Le 05/03/2020 à 15h52 par Susana Pereira Tavares
Résumé

En février la Bibliothèque municipale d'Angers participait pour la première fois à l'évènement #colourourcollections sur internet, un mois après découvrez les trois originaux ayant servi à créer ces coloriages !

 

Début février était organisée comme chaque année depuis 2017 une manifestation culturelle intitulée

« Color our collections » initiée par la New York Academy of Medecine. Durant cet évènement les bibliothèques conservant des documents patrimoniaux sont invitées à mettre en avant quelques images issues de leurs fonds afin de les transformer en coloriages disponibles pour tous.

 

La Bibliothèque municipale d’Angers  participait cette année pour la première fois. Quatre coloriages sont disponibles, réalisés à partir de trois livres des fonds précieux et rares. Ce mois-ci le Trésor du mois est l’occasion de découvrir les trois originaux qui ont servi à cette manifestation sur Internet.

 

Rés. T1343, folio 51

 

                Le livre d’Heures à l’usage de Poitiers (Horae ad usum Pictavensem) a été imprimé le 20 février 1490 pour Antoine Vérard. Il s'agit de l'un des 122 incunables conservés dans les collections de la Bibliothèque municipale d'Angers, c'est-à-dire un des premiers imprimés de l'histoire du livre. Par convention les historiens ont donné ce nom à tous les livres imprimés avant le 1er janvier 1501, incunabula signifiant berceaux en latin, donc le berceau de l'imprimerie. Le livre d'heures est un recueil de textes religieux destiné principalement aux laïcs pour leur dévotion personnelle. Apparu au XIIIe siècle, il se répand surtout à la fin du Moyen Âge. Il s'agit d'un objet luxueux, manuscrit richement enluminé tout d'abord, puis également imprimé à partir de la fin du XVe siècle.

 

Ce livre imprimé est connu par ce seul exemplaire de la Bibliothèque municipale d'Angers. Nos deux coloriages issus de ce livre mettent en valeur les gravures des bordures mais aussi une des grandes vignettes. Parmi les motifs des marges se trouvent des animaux fantastiques dont une licorne, des lions, des poules, et une ribambelle de putti affairés à divers jeux.

 

Exemple de bordures décorées de putti utilisées pour la composition d'un des coloriages (folio 18v, 19r)

 

     

Détails du folio 51 : lion, David, dragon et aspic

Quant à la grande vignette elle représente au premier plan le roi David. Un lion se tient à ses côtés car une des iconographies connues de David (à Vézelay notamment) évoque un épisode dans lequel il a déchiré la gueule d'un lion. À droite, un autre épisode biblique est représenté : saint Michel terrassant le dragon. Un autre animal mystérieux se tient au-dessus du dragon, probablement un aspic, une sorte de lézard qui incarne le démon au même titre que le dragon ou le lion. Cette image illustre le début du 6e psaume dont le début est inscrit au bas « Domine ne in furore tuo ».

 

Les autres bordures historiées qui représentent des scènes bibliques sont décrites dans le prologue et la table des images présente au début du livre (folio 9). L’imprimeur Vérard utilise un système de lettres-repères imprimées en haut de la page, reprises dans la table. Ce système est exceptionnel pour l’époque et atteste d’une volonté de valoriser ces gravures sur bois et leur compréhension.

 

                Le livre suivant n'est pas encore mis en ligne sur Commulysse mais le sera en cours d’année 2020. Pour le coloriage l’image choisie est une gravure sur bois provenant d'un traité scientifique de géométrie intitulé De Spherae (La Sphère), écrit par Joannes de Sacrobosco (ou John of Holywood ou Jean de Halifax), dans une édition parisienne de 1507. Cette image est une allégorie : les trois personnages identifiés sont (de gauche à droite) Uranie, l'Astronomie et Ptolémée.

 

L’image originale est encadrée de nombreuses annotations manuscrites. La pratique du commentaire écrit en marge des livres est très courante au Moyen Âge et à l’époque moderne. De nombreux livres des fonds précieux portent cette « glose », c’est pourquoi lors de la copie puis de l’impression des livres, de larges marges étaient prévues. Autre détail intéressant et typique des livres modernes : ce volume contient en réalité trois livres, il s’agit d’un recueil. Il était en effet courant de relier ensemble des livres de mêmes auteurs ou de mêmes thématiques.

 

Rés. SA 1154 (3) : page complète

 

Le livre porte plusieurs ex-libris manuscrits qui indiquent les différents possesseurs : Jean de Mailly, puis  Etienne Chezauld (18 novembre 1541) puis l'Abbaye Saint-Serge d'Angers. Ce livre fait partie des biens confisqués au clergé lors de la révolution française de 1789. La reliure est d’époque, elle est estampée à froid (décors de fleurons, fleurs de lys, entrelacs enserrés dans des quadruples filets).

 

Le livre a été entièrement numérisé lors d’une campagne menée en 2019 dans le cadre du projet Bibliothèques humanistes ligériennes (BHLi), qui vise à mettre à disposition d'un vaste public certains des ouvrages remarquables, manuscrits et imprimés, de la fin du XVe siècle à la fin du règne de Louis XIII conservés dans les fonds de bibliothèques du Mans, d'Angers et de La Flèche. Ce projet a été mené dans le cadre de Biblissima - Bibliotheca bibliothecarum novissima – qui est un observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

 

 

Rés. Ms. 984, fol. 82bis

 

                Le troisième livre est une des premières histoire de l'Anjou. Il s'agit du Journal de Jean Louvet, clerc du greffe civil de la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers  (1586-1634) ainsi que sergent royal et général en Anjou (1593-1635), deux fonctions qui lui permettent d’être au fait de tous les événement de la vie angevine. Dans le quatrième tome de ses journaux manuscrits, Jean Louvet, décrit la présentation dans la salle du jeu de Paume d'Angers, fin juillet 1627, d’un éléphant des Indes orientales, annoncée à grand renfort d'affiches posées aux carrefours d'Angers par son propriétaire Jean de Sevandier. Afin d’illustrer cet évènement, Jean Louvet réemploie une gravure d’un éléphant, ce qui témoigne de la circulation et de l’importance des estampes à l’époque moderne.

 

Sur les huit journaux, deux sont manquants. Après être passés entre les mains de nombreux possesseurs, les manuscrits entrent dans la bibliothèque de Toussaint Grille, directeur de la Bibliothèque municipale. Ils sont achetés par la Ville d'Angers en 1851 après son décès.

 

Références :

Horae ad usum Pictavensem (Heures à l’usage de Poitiers)

Paris, Antoine Vérard, 20 février 1489 (1490 n. st.)

Rés. T1343

 

De Spherae / Johannes de Saccrobosco

Paris, Henrici Stephani, 1507

Rés. SA 1154 (3)

 

Récit véritable de tout ce qui est advenu digne de mémoire, tant en la ville d'Angers, païs d'Anjou et autres lieux..., mis en ordre... par Jehan Louvet, clerc au greffe civil au siège présidial dudit Angers. » Vol. IV 1625-1630

Rés. Ms. 984

 

Pour toute recherche bibliographique il suffit de taper la cote de chaque livre dans la barre de recherche du catalogue général de la Bibliothèque d'Angers.

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 16/04/2019 par Susana Pereira Tavares
Le 14/12/2018 par Marc-Édouard Gautier
Le 15/11/2018 par Susana Pereira Tavares