/medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0001_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0002_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0003_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0004_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0005_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0006_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0007_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0008_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0009_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2048/490076101_MS2048_0010_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 80 médias

Livre d'heures de Jean Charpentier , Vers 1480-1485 ,

Rés. Ms. 2048

  • Titre : Livre d'heures de Jean Charpentier
  • Lieu de publication : Tours
  • Date :

    Vers 1480-1485

  • Description :

    Importance matérielle : 72 folios

    Dimensions : 19,3 x 11 x 2,7 cm

    Forme du contenu : Manuscrit

  • Contient :

    Notice de l'exposition Tours 1500 , Tours, 2012, n° 28 (M.-E. Gautier) : Le manuscrit éponyme de l'artiste, malheureusement lacunaire, a sans doute été réalisé peu avant le mariage de Jean Charpentier († 1505) en janvier 1485 comme l'attestent les brèves évocations de son mariage, des naissances et baptêmes de ses enfants que ce dernier a rédigées sur les contreplats et les gardes.

    L'ouvrage, d'un format étiré en hauteur, plusieurs fois adopté par l'artiste (Heures EE de l'anc. coll. Dyson Perrins ; New York, Pierpont Morgan Lib., ms. M.96), lui permet ici d'adopter une mise en page économique inhabituelle. Plutôt que de passer à une nouvelle page au début d'un nouvel office, l'artiste intégre plusieurs des miniatures ouvrant un office directement à la suite du texte précédent. C'est ainsi que la Pietà qui illustre la prière de l'Obsecro te suit immédiatement l'oraison de la péricope de la Passion selon saint Jean.

    Cette miniature révèle bien le caractère stéréotypé qu'adopte souvent le peintre dans ses livres d'heures : le dessin des personnages est jusque dans le détail du drapé et des expressions un décalque scrupuleux, dans un cadrage plus large, de la même scène dans des heures à l'usage d'Angers peintes quelques années plus tôt par le maître (Paris, Arsenal, ms. 561, fol. 21v). La posture du Christ, déposé de façon un peu factice sur les genoux de sa mère, la chute de son bras droit et les filets de sang qui viennent tâcher le perizonium pour rappeler son premier sang versé en promesse du sacrifice, se retrouvent à l'identique dans les miniatures de l'Obsecro te de deux autres de ses livres d'heures (BnF, lat. 1202 et Syracuse, Bibl. Alagoniana, Prez. X). Les rochers qui séparent la scène principale et le fleuve bordé d'une rangée d'arbres clairs en boule qui clôt le paysage au loin est dès plus fréquents chez ce peintre. Quelques évolutions apparaissent cependant : le ciel violet des premières oeuvres et notamment des heures de l'Arsenal prend ici un bleu profond. Les pigments deviennent moins sourds et le voile entièrement doré de la Vierge illustre un goût nouveau du maître pour les vêtements d'or ou d'un blanc éclatant exprimé notamment dans plusieurs Ascension ou Assomption des années 1480 (par exemple Los Angeles, J. Paul Getty Museum, ms. 21).

    Ce manuscrit (avec les heures Chicago, Newberry Lib., ms. 47, fol. 66) établit le plus directement l'influence du Maître des heures de Bourbon-Vendôme : le Maître de Jean Charpentier lui emprunte pour les vêpres de la Vierge, avec un cadrage plus large et en vêtant d'or saint Joseph, la charmante scène de la Sainte Famille rentrant d'Egypte (fol. 41 ; Avril, 2003, p. 348).

  • Note sur le titre :

    Le Maître de Jean Charpentier est un atelier (regroupement d'artistes) actif entre 1475 et 1490 à qui sont attribués une trentaine de manuscrits peints depuis le regroupement de manuscrits élaboré par François Avril en 1976 mettant en lumière une production rattachée au milieu tourangeau. Le Maître de Jean Charpentier tient son nom de celui d'un de ses commandiraires : Jean Charpentier, notaire et secrétaire royal, futur maire d'Angers (1496). Ce maître combine les motifs majeurs de ses contemporains tels que Jean Bourdichon, Fouquet, Jean Colombe.

  • Provenance/ Historique :

    Jean Charpentier, notaire et secrétaire du roi, 1485-1489 ; Mathieu Seignet dit Cebron, 1708 (fo 11) ; Jean Baudouin, cloutier, à Ménil (Mayenne), 1732 ; Mgr Charles-Emile Freppel, évêque d'Angers, 1869-1891 ; Paul-Marie Pinier (1861-1938), chanoine d'Angers, secrétaire de Mgr Freppel ; Bibliothèque de l'Université catholique de l'Ouest, Angers, entrée le 1er mars 1934 (registre 04830) ; Angers, Maître Jean-Philippe Courtois, vente du 25 février 1977, lot A ; Angers, Bibl. mun., ancienne cote SM 109 (1977).

    Expositions : Paris, BnF, Quand la peinture était dans les livres , 1992-1993, n° 159 (David et Bethsabée) ; Angers, Bibliothèque municipale, Trésor du patrimoine de la bibliothèque, 2008, n° 4 (Annonciation) ; Tours, Musée des Beaux-Arts, Tours 1500 , n° 28 (Descente de Croix).

  • Informations complémentaires :

    New York, 1982, notice 61, p. 46 ; Avril, Reynaud, 1993, p. 288-291 ; Hofmann, 2003, p. 40-42 ; New York, 2005, p. 271-272 ; Reynaud, 2006, p. 178 ; Yvard, 2006-2007; Guéant, 2010, t. 1, p. 351-355.

    Avril, 2003 : Avril (François), Jean Fouquet, peintre et enlumineur du XVe siècle, Paris : Bibliothèque nationale de France / Hazan, 2003.

    Reynaud, 2006 : Reynaud (Nicole), Jean Fouquet : Les heures d'Etienne Chevalier. Dijon : Faton, 2006.

    Guéant, 2010 : Guéant (Valérie), L'enluminure entre Tours et Rome au XVème siècle : le maître des Missels della Rovere (Jacopo Ravaldi), thèse de doctorat en histoire de l'art sous la direction d'Anne-Marie Legaré et de Gennaro Toscano, Lille, Université Charles-de-Gaulle Lille-III, 2010.

  • Statut :

    Exclu du prêt

  • Cote :

    Rés. Ms. 2048

  • Mots-clés