/medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0001_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0002_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0003_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0004_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0005_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0006_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0007_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0008_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0009_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_2/490076101_MS2111/B490076101_MS2111_0010_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 116 médias

Livre d'heures à l'usage du diocèse d'Angers. ,

Rés. Ms. 2111

  • Titre : Livre d'heures à l'usage du diocèse d'Angers.
  • Lieu de publication : Tours ?
  • Description :

    Importance matérielle : 1 vol. (112 fol. avec boîte dorée de conservation)

    Dimensions : 138 x 90 mm

    Forme du contenu : Manuscrit

    Genre/Carac. phys. : Parchemin

    Présence d'illustration : 5 enluminures pleine page, 23 petites enluminures , nombreuses lettrines de couleur

  • Note :

    Une notice bibliographique détaillée des différentes parties du manuscrit est présentée dans la notice intitulée Book of hours (use of Angers) rédigée par Ariane Bergeron-Foote et Sandra Hindman. Un liasse intitulée Bibliographie et archives documentaires pour l'étude du BM Angers, Rés. Ms. 2111 rassemble différentes notes et articles sur l'historiographie de ce manuscrit et sur celle du maître de Claude de France.

    Notice de l'exposition Tours 1500 , Tours, 2012, n° 87 (M.-E.Gautier) :  "Quelques saints rares du calendrier de ce petit livre d'heures à la belle écriture humanistique attestent sa destination à l'usage d'Angers. Ses cinq pleines pages peintes et les dix-huit petites miniatures des suffrages placent ce livre dans la longue postérité de Jean Poyer et dans le proche sillage du Maître de Claude de France. Certes, le peintre des heures d'Angers ne recherche pas la finesse de la touche, le coup de pinceau léger et moucheté de ce dernier. Ses carnations, plus vives, sont moins délicatement modelées. Mais le cerne des paupières inférieures, les rehauts clairs qui soulignent l'arête du nez ou blanchissent les sourcils donnent à ses visages une réelle expression faisant transparaître l'inquiétude sur celui d'Urie portant la lettre de David (fol. 52v), une paix profonde sur celui de Job au corps étiré déjà maniériste (fol. 68).

    Le peintre des heures d'Angers emprunte plusieurs compositions au Maître de Claude de France. Le même esprit inspire leurs encadrements asymétriques d'architecture Renaissance, tronqués du côté de la marge intérieure. L'Annonciation (fol. 15) se situe au-devant d'un même dais rouge et d'un même type de mur à panneaux de marbres et pilastres canelés que dans le Livre de prières de Claude de France (Pierpont Morgan library, ms. M.1166, fol. 18v). Le drapé du vêtement de l'ange Gabriel, au rose pâle très doux, bien dans la tradition de la palette du Maître de Claude de France, est très comparable dans les deux scènes. Les miniatures des suffrages présentent aussi des similitudes avec celles du Livre de prières de Claude de France comme des fonds unis dorés (fols. 100v, 105v) ou des habitations en camaïeu sur la rive laissée par saint Christophe (fol. 101v et Pierpont Morgan library, ms. M.1166, fol. 32v). Le principe des figures du Père et du Fils coupées au genou dans une mandorle rayonnante (fos 108v, 109v) se retrouve pour une Vierge et l'Enfant dans un livre d'heures à l'usage de Tours issu de l'atelier du Maître de Claude de France (Paris, BnF, lat. 14831, fol. 16).

    Mais le peintre des heures d'Angers puise aussi à d'autres sources que celles de l'atelier du Maître de Claude de France. Sa scène de David jouant de la harpe (fol. 52v) dérive d'une composition perdue de Jean Poyer. Son enluminure s'apparente jusqu'en d'infimes détails comme la position des doigts sur les cordes de la harpe quoiqu'en simplifiant le dernier plan, à une peinture presque copiée à l'identique par deux suiveurs de Jean Poyer vers 1500 dans deux livres d'heures à l'usage de Rome (New York Public Library, MA 151, fol. 85 et Copenhague, Royal Library, NKS 3846, 4o, fo 59, reproduit dans Stockholm, 1988, p. 70, no 82 ; comm. écrite F. Avril). Les heures d'Angers se distinguent ainsi de celles issues de l'atelier du Maître de Claude de France citées plus haut quoique David y reçoive une posture assez semblable dans une ambiance spatiale toutefois radicalement simplifiée (Paris, BnF, lat. 14831, fol. 71). En effet, les variantes de la coiffe et du manteau du roi y dérivent directement d'une autre interprétation de l'œuvre perdue de Poyer, certes extrêmement proche des compositions précédemment citées, mais peinte après 1508 par un troisième suiveur de Jean Poyer, le Maître du Spencer 6, dans les heures de Perrine Le Fuzelier, veuve de Jean de La Rue.

    Enfin, les heures de Copenhague offrent d'autres parentés avec celles d'Angers dans les compositions de l'Annonciation, de la Fuite en Egypte et de Job (Angers, fols. 15, 43, 68 et Copenhague, Royal Library, NKS 3846, 4 o , fols. 8, 42, 73v ; comm. écrite Erik Drigsdahl). Dans la Fuite en Egypte, au paysage et à la perspective atmosphérique simplifiés, les heures d'Angers empruntent au manuscrit de Copenhague et non à la composition pourtant proche des Heures de Claude de France (Drouot, 8 avril 2011, lot 548 ou cf. la notice du manuscrit de H. Tenschert, fol. 66). Coiffe, col et chausses de Joseph, regard et chute du vêtement de la Vierge, gestes de Jésus, pas et bride de l'âne convainquent que le peintre des heures d'Angers a connu et adapté par d'autres voies que par l'atelier du Maître de Claude de France la composition créée par Jean Poyer pour les Heures d'Anne de Bretagne et de Marie Tudor (Lyon, Bibl. mun., ms. 1558, fol. 39v) et qu'il s'agit d'un maître tourangeau indépendant du Maître de Claude de France."

  • Particularités d'exemplaire :

    Reliure : Reliure d'amateur de maroquin brun, décor de de double encadrement de double filet doré. Dos à trois nerfs soulignés de doubles filets dorés.

  • Provenance/ Historique :

    Anciens possesseurs : Lézin et Laure Rougé ou Bouyé, XVIIe siècle (inscr. fol. 57v) ; Mihard, XVIIe siècle (inscr. fol. 87v, 109v) ; Claude Dechavanne, La Gresle en Roannais, 1738 (inscr. fol. 113v) ; Antoine Dechavanne, « étudiant à Roanne en humanité », 1738 (inscr. fol. 14) ; Jean-Claude Dechavannes-Binot, La Gresle et Ambierle en Roannais, 1788-1801 (inscr. fol. 111, 112, 114) ; Galerie Les Enluminures (Paris - Louvre des antiquaires) Paris, 2006 ; Angers, Bibl. mun., avril 2007. (avec l'aide du FRAB des Pays-de-la-Loire).

    Expositions : Angers, Bibliothèque municipale, Enrichissements des collections patrimoniales, 11 décembre 2007 9 janvier 2008 (enluminure de David psalmodiant) ; Tours, musée des Beaux-Arts, Tours 1500 , 2012, n° 87 (enluminure de David psalmodiant).

  • Statut :

    Exclu du prêt

  • Cote :

    Rés. Ms. 2111

  • Mots-clés